EXTENSION BOIS ET RÉNOVATION D'UNE MAISON, Suresnes (92)

Mission : Complète
Lieu : Suresnes (92)
Livraison : 2014
Budget :  60 000 euros HT (extension) 111 000 euros HT (rénovation)
Surface : 19m² de surface de plancher (extension) et 111 m² (rénovation du rez-de-jardin et de l'étage)

Entreprise : Romadeco, menuiseries : Quedubois

Une petite extension bois et lumière qui relie les bâtiments existants, restructurés

Une maison à 3 niveaux plus combles avec une distribution complexe, un rez-de-jardin bas et mal éclairé  et un volume isolé en fond de cour.

La dépose d’un volumineux escalier maçonné extérieur permet le déplacement l’entrée principale en rez-de-jardin. Un escalier intérieur et des reprises structurelles permettent d’ouvrir le rez-de-jardin à la fois vers l’étage et vers l’extérieur. Désormais le rez-de-jardin, décaissé en partie pour obtenir une plus grande hauteur sous plafond, n'est plus un espace "de service" et offre des vues sur le jardin. Une porte d'entrée vitrée, un escalier blanc sans contremarches, une vitre atelier, une cuisine ouverte sur la salle à manger:  la lumière devient le fil conducteur qui relie le rez-de-jardin et l'étage, le jardin avant et arrière.

Une extension de 19m² (salle à manger-galerie) relie la maison principale au bâtiment en fond de cour, transformé en séjour/salle de musique. Cet ancien atelier s’ouvre à son tour sur le jardin par une nouvelle porte-fenêtre. 

L’extension consiste en deux volumes avec un toit à en légère pente, le plus grand hébergent la salle à manger est en zinc avec un velux. La galerie est couverte par une toiture végétalisée visible depuis le jardin (bacs pré-cultivés sur plaques profilées en fibro-ciment), .

L’ossature bois est très bien isolée thermiquement avec du coton recyclé (30cm en toiture, 25 en façade).  Les menuiseries et la structure porteuse en vue sont en mélèze, le bardage en douglas,  tous traités par un saturateur transparent.

Autour de l’extension, la partie en terre végétale a été agrandie. Devant l'entrée principale, un neflier conservé est entouré par un muret courbe en meulière. L'ancien auvent bois est réutilisé, mais le polycarbonate y remplace les tuiles. Entre les feuilles du neflier, s'entrevoit une grande vitre verticale à l'étage, qui remplace l'ancienne porte.

A l'étage, un bureau se cache derrière un mur bas, et permet une circulation fluide de la suite parentale chambre/salle de bain/dressing/bureau.

Les meubles de la cuisine sont réutilisés dans la nouvelle, en redécoupant soigneusement le plan de travail en marbre. Le sol carrelé de l'étage est conservé est discrètement complété.

Sur l'ensemble des intérieurs de l'extension et de la rénovation, des produits avec un taux de COV très réduits ont été choisis pour les peintures acryliques et la colle de parquet (label A+). Une harmonie de tons en ivoire et crème crée un fil conducteur entre la partie renouvelée et l'extension, alors que des ton plus vifs animent les parties moins éclairés en rez-de-jardin.